De rivières et de montagnes

Récit de notre étape de Santiago de Compostela à Apúlia (24.7. au 1.8.2016)

Après notre « rush » pour Santiago, nous avons tout à coup beaucoup de temps. Pour une étape que nous pourrions faire en 3 à 4 jours, il nous reste 9 jours de voyage jusqu’à notre rendez-vous avec la famille. Nous décidons donc de visiter encore un peu plus de Galicia. Nous quittons Santiago un dimanche matin, destination Pontevedra près de la côte, connue pour sa vieille ville préservée. A l’exception d’une montée à 7% (cela veut dire que ça nécessite un peu d’effort, mais c’est tout à fait faisable), la route est la plupart du temps en descente. En début d’après-midi ça commence à bien chauffer, et nous arrivons juste à temps à une plage fluviale près de Pontevedra pour faire une pause à côté des familles espagnoles qui pique-niquent en ce dimanche après-midi. « Playa fluvial » : c’est ce qui va ponctuer cette étape de notre voyage, car nous nous approchons des montagnes avec ses rivières et les petites plages toutes simples qui nous permettent de nous rafraîchir, car la chaleur est de retour.

Nous visitons la vieille ville de Pontevedra en fin d’après-midi, il fait chaud et heureusement que cette petite ville compte de nombreuses églises et chapelles à l’intérieur toujours frais. Nous y passons passablement de temps. Nous terminons cette journée avec un bon poulpe, spécialité de la Galicie.

IMG_0728

Le lendemain nous nous levons tôt car la journée sera fatigante, avec une montée à 800 mètres d’altitude (je vous rappelle que nous sommes au niveau de la mer), et surtout chaude. Nous n’avons pas beaucoup dormi car notre rythme de coucher à 22h30 et lever à 6h30 est complètement à l’envers des espagnols, qui se baladent et parlent dans les rues devant la fenêtre de notre chambre jusqu’à 2h du matin même un dimanche soir. Quand nous partons sur nos vélos avant 8h lundi matin, les rues sont encore désertes. Malgré la fatigue nous sommes contents car la fraîcheur de la matinée nous permet d’avancer sur la montée. Quand l’air commence à chauffer en début d’après-midi, nous nous arrêtons à une plage fluviale pour un bain et notre picnic habituel.

DSC01958

Après cette pause rafraîchissante il nous reste encore bien 400 mètres de montée en plein après-midi. Plus nous montons, moins il y a d’arbres et donc d’ombre. Heureusement que cette région est riche en fontaines d’eau de source fraîche au bord des routes. L’arrivée au point le plus haut coïncide avec les 2000 km sur le compteur, raison pour faire une pause et une séance photo.

IMG_0730

DSC01969

Ensuite la descente est rapide (trop rapide, comme toujours), et nous arrivons au camping de la petite ville d’O Carballiño, un endroit tranquille au bord d’une rivière. Nous décidons spontanément d’y rester pour une journée de repos.

Notre prochaine destination, Ourense, est à moins de 40 km, donc c’est une petite étape. Mais Ourense est une ville riche en eau thermale (la deuxième ville Européenne après Budapest) et il y a de nombreux bains thermaux, la plupart gratuits. Nous déposons donc nos sacoches à l’hôtel et partons pour un tour au bord de la rivière où se trouvent plusieurs bains.

IMG_0782

Nous choisissons d’aller aux bains « japonais », inspirés par les Onsen que nous avons tant aimé au Japon. C’est sympathique, il y a plusieurs bassins d’eau chaude. Pour le reste, c’est plus espagnol que japonais… alors qu’au Japon les gens se lavent à fond avant de se baigner, ici c’est plutôt la douche « vite-fait » et ça se voit dans l’eau… Mais enfin, ça a fait du bien à nos muscles fatigués.

Le lendemain nous nous préparons de nouveau à une étape difficile, car il faut commencer à monter en direction du Portugal. Mais la route est agréable comme presque toujours en Espagne, elle monte doucement et c’est un plaisir de rouler. Il y a des endroits de picnic tous les quelques kilomètres, et nous nous arrêtons dans un village animé où il a y a un marché, où nous achetons tomates et pêches. Vers 14h nous atteignons le haut de la montée et c’était finalement moins fatigant que prévu. Arrivé en haut on se dit qu’on commence à avoir bien faim et qu’il faut qu’on s’arrête à la prochaine occasion. Normalement quand on se dit ça on ne trouve jamais d’endroit sympa et on finit quelque part au bord de la route dans un coin d’herbe qui pique et un bout d’ombre, à boire notre eau tiède. Mais cette fois, un ou deux kilomètres plus loin, nous croyons voir un mirage : des tables, un toit pour donner de l’ombre, et un gros tronc d’arbre duquel coule de l’eau fraîche. Non, nous n’avons pas eu trop chaud ni perdu la tête, c’est la réalité !

IMG_0794

IMG_0796

Plus tard nous descendons dans ce qui nous semble être un four à pain. Heureusement que la journée termine dans un camping au bord d’un lac de barrage où nous pouvons nous baigner. Et de nouveau nous nous trouvons en décalage avec le rythme espagnol : Alors que nous allons nous coucher vers 23h, les enfants d’une colonie de vacances à côté du camping continuent à courir et crier dehors jusqu’à 1h du matin. Puis nous sommes réveillés à 6h par les ronflements et autres bruits de notre voisin de tente ! Malgré ce réveil matinal nous ne décollons qu’après 10h du matin et commençons la journée par une grosse montée. Vers midi nous passons à côté du Rio Caldo, où il y a une plage fluviale à côté d’une source d’eau chaude qui se jette dans la rivière. Nous nous y arrêtons pour « bruncher » (comme nous n’avons pas pris notre habituel deuxième petit déjeuner). Nous sommes encore en Espagne mais il y a déjà une majorité de Portugais ici, ce qui se remarque notamment dans le niveau sonore plus clément pour nos oreilles…

Pour arriver au Portugal il faut encore franchir un col dans une chaleur de four. On s’arrête tous les deux kilomètres pour boire et se reposer dans un bout d’ombre.

DSC02047

Après ce qui nous semble une éternité nous arrivons enfin en haut, et sommes accueillis par les anciens bâtiments de douane. Au moins il y a un panneau pour la photo !

IMG_0809

Du côté portugais c’est la foule car il y a de beaux endroits de baignade. Nous aussi nous descendons vers la rivière pour un bain rafraîchissant après cet effort, et pour profiter du temps car en passant la frontière nous avons gagné une heure !

IMG_0817

La fin de cette étape se fait sur une piste de terre poussiéreuse, heureusement avec peu de voitures, qui nous rapproche d’un autre lac de barrage.

IMG_0819

Nous nous installons au camping, où sont aménagées de sortes de petites « terrasses » pour les petites tentes. Notre tente étant plus grande que la tente standard (celles provenant du grand distributeur français qui commence par D…), nous avons quand même dû chercher un peu pour trouver un emplacement assez grand !

IMG_0821

Nous ne sommes plus qu’à une journée de vélo de notre destination de vacances, nous restons donc trois nuits sur ce camping. Nous faisons une balade dans les alentours, visitons le musée pour apprendre plus sur l’histoire de la région, et allons nous baigner dans le lac à un coin « secret » où il faut rentrer dans l’eau entre les arbres, car le niveau du lac est très haut. Nous faisons aussi une randonnée d’une journée pour monter au Pé do Cabril d’où nous avons une belle vue sur toute la région.

IMG_0881 DSC02062 DSC02064

Le jour de la fête nationale Suisse nous reprenons nos vélos chargés pour une étape facile, car majoritairement en descente, pour rejoindre la côte. En route nous nous arrêtons encore à une plage fluviale pour notre pause déjeuner, puis c’est sur une route nationale assez fréquentée que nous avançons. Les voitures nous laissent toujours assez d’espace, par contre la route est plus étroite qu’en Espagne, il n’y a souvent pas de bande d’arrêt sur le côté, et les dépassements des voitures sont un peu plus périlleux (pas directement pour nous, mais pour le trafic venant d’en face – si les Espagnols aiment nous dépasser juste avant un virage, les Portugais on la prédilection de le faire dans le virage… ou n’importe quand en fait). Sur la fin nous prenons une route plus tranquille et nous commençons à sentir le vent frais de la mer.

DSC02088

En traversant le village d’Apúlia, notre destination, il est carrément de face et assez fort ! Mais nous arrivons sains et saufs à destination et fêtons cela avec un bain dans la mer.

IMG_0920

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *